fbpx
Sélectionner une page

Handifaction

Le questionnaire satisfaction de votre prise en charge médicale.

Le rapport mondial sur le handicap de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a défini plusieurs recommandations dans l’objectif d’améliorer la vie des personnes en situation de handicap. Deux d’entre elles ont amené l’Association Handidactique à réfléchir à un outil qui :

  • Impliquer les personnes vivant avec un handicap dans la défense de leurs intérêts
  • Améliorer la collecte des données sur le handicap pour objectiver et témoigner

C’est sous la forme d’un questionnaire en que se présente Handifaction. Cette enquête est conçue avec deux objectifs :

Le premier, permettre aux personnes en situation de handicap de donner leurs avis sur leurs prise en charge médicale aux cours des deux derniers mois. Et de faire, par la même occasion, un point sur l’accompagnement de la personne vivant avec un handicap en matière de santé.

Le second, quant à lui, il permettra à Handidactique de savoir si la charte Romain Jacob contribue à améliorer l’accès aux soins des personnes porteuses d’un handicap.

Mais comment ça marche ?

Après chaque visite ou tous les deux mois, la personne en situation de handicap ou ses accompagnants sont invités à remplir le questionnaire. Il est d’ailleurs possible de configurer un rappel. Ce questionnaire accessible et en FALC peut être directement complété sur ordinateur www.handifaction.fr ou une application mobile, il est également disponible en version papier pour envoi postale. 

Le formulaire se compose de 14 questions et 8 sous questions n’apparaissant qu’en fonction des choix de l’utilisateur.

Les données recueillies sont anonymes et respectent les règles RGPD en vigueur. Tous les deux mois un bilan statistique est émis avec les différentes données recueillies et en accès libre sur le site. Il comprend l’historique et l’analyse des chiffres les plus importants.

Confrontés aux refus de soins ?

Grace à cette enquête nous avons pu identifier les 3 raisons de ces « refus ».
Mais avant de savoir « Pourquoi », il est important de savoir « Qui ».
On constate que la majorité des refus viennent les spécialistes en ville : les dentistes (30%), les dermatologues, les cardiologues, les ophtalmologues, les gynécologues (30% des femmes concernées) … en réalité, ce sont tous les métiers du soin. Cela représente 30 à 35% des refus de soins.
La deuxième catégorie, qui refuse le plus, ce sont les services hospitaliers (hors urgences) qui représentent 16%. Ensuite ce sont les généralistes puis l’hospitalisation à domicile, les maisons médicalisées de proximité puis le médico-social.

Quels sont les 3 raisons principales évoquées ?

  • La non-formation au Handicap

« Si je me retrouve face à une personne Autiste je ne sais pas comment faire ! » Pour répondre à ce besoin Handidactique a développé un parcours de formation initiale proposé aujourd’hui par 11 des 35 université FR

  • L’accessibilité des cabinets

 « Je suis seule et je ne peux pas l’aider à aller sur la table d’examen. » Création des HandiConsult et des services proposant un accompagnement

  • La tarification

La France est l’un des derniers pays à avoir une tarification unique. « Une prise de sang prend 5 minutes et rapporte 23 euros. Pour certaines personnes handicapées, cela peut prendre de 45 minutes à 1h30 et je serai payé de la même manière par la sécurité sociale »

Quelle finalité ?

Il a été démontré dans les régions pilotes : Bretagne, Normandie, Grand Est, que l’utilisation du questionnaire handifaction aide les organismes sanitaires à augmenter leurs capacités à faire des progrès sur l’accès et le parcours de santé des personnes en situation de handicap.

Ce questionnaire est aujourd’hui utilisé principalement par 4 organismes / secteurs

  • Les ARS qui voient dans les résultats un outil pour faire progresser le parcours de soin des personnes vivant avec un handicap.
  • Le ministère de la santé qui utilise les synthèses pour analyser « les tendances » 
  • Le médico-social qui s’en servent comme support pour inventer de nouvelles réponses aux besoins 
  • La CNAM qui, par exemple en cette période de Covid19, utilise les données pour corroborer des résultats comme par exemple l’augmentation des consultations en psychologie et psychiatrie et des médications associées depuis le début de confinement.

Il est nécessaire d’avoir de nombreux répondants pour pouvoir tirer des analyses territoriales significatives. N’hésitez pas à tester, utiliser l’application et diffuser l’information pour que l’on puise peser pour un véritable accès aux soins de toutes les personnes handicapées.

Pin It on Pinterest

Share This