fbpx
Sélectionner une page

Mas’ette !
une équipe face au Covid

C’est avec beaucoup d’émotion que je vous écris ces quelques mots.

J’aurais pu prendre le recul et vous faire un article factuel, mais il n’aurait pas fait honneur aux équipes aujourd’hui en première ligne face au Covid19. Cela fait des semaines, maintenant, que nous vous parlons des équipes, de leur investissement, de leur mobilisation… Des semaines que nous relayons les besoins des associations sur les réseaux. 

Et aujourd’hui, dans ma boîte mail, j’ai découvert 3 exemplaires de Mas’ette le journal interne de la Maison d’Accueil Spécialisée « La Clarée » de l’Unapei de l’Oise. C’est avec beaucoup d’attention que je les ai parcourus et, pour tout vous avouer, ils m’ont chamboulé ! 

Peggy Le Déaut
Chargée de Com Unapei HDF

Mas’ette relate la vie des équipes de cet établissement depuis 3 semaines. Pour tout vous dire, le jeu de mots est fort bien trouvé, car « Mazette » c’est bien le terme qui m’est venu à la fin de cette lecture. Ce mot un peu désuet de langage populaire, devenu une expression voulant dire « Bon sang ! » « Sapristi », prend tout son sens ici.

Mais découvrez plutôt par vous-même le résumé de ces 3 dernières semaines.

Semaine 1 : Sans sortir pour s’en sortir

Mas’ette, toutes et tous sont sur le pied de guerre, l’équipe reste soudée pour faire face à notre ennemi. Covid19 nous force à modifier notre accompagnement et les journées sont épuisantes. Les résidents sont confinés dans leurs chambres. Nous nous occupons bien d’eux, nous faisons régulièrement le tour de toutes les chambres car nous ne pouvons plus nous rassembler. Tout le personnel est sur le pont pour nous aider sur les 4 services.

Les matériels de protection (masques, surblouses…) sont rares, nous devons donc faire attention.

Covid19 nous a forcé à revoir notre organisation, acheter du matériel et à réaménager les chambres pour que les résidents se sentent bien. Chacun fait de son mieux ! Objectif « calme et bonne humeur ». Les résidents tentent de s’occuper comme ils le peuvent, mais le temps leur semble long. La famille, les liens sociaux manquent à tous mais l’équipe est plus que jamais toujours mobilisée et met en place divers moyens de communication vers l’extérieur.

Mas’ette, nous sommes fatigués ! Nous essayons d’apprécier les petits moments de pauses même s’ils se font de plus en plus rares. Heureusement nous sommes soudés !

Nous sommes pleinement conscients de jouer contre la montre. Covid19 est là, à notre porte, et il veut entrer !

Tu sais Mas’ette, nous tentons de trouver des solutions. Nous ne voulons pas de lui ici, nos résidents ne sont pas armés pour faire face à cette menace et c’est à nous de trouver seul le moyen de les protéger.

Nos journées sont dures. Après les soins quotidiens, nous travaillons à la création d’un circuit soin, et d’une unité dédiée aux personnes avec des symptômes.  Pas facile de reconfigurer les lieux, de tout désinfecter, déménager et réaménager les chambres, pas facile de chambouler la vie de tous pour ce fichu virus. C’est leur univers, leurs habitudes de vie, leur organisation, leurs meubles, vêtements, leur voisinage qui est changé !  Et même s’ils ont été associés à chaque étape de ces changements, c’est avec beaucoup d’appréhension que les résidents découvrent leur nouvel espace de vie.

Semaine 2 : Le cœur lourd…

Mas’ette, les jours se suivent et ne se ressemblent pas, nous sommes toujours là sur le front. Nous continuons de désinfecter les chambres : elles doivent être complètement vidées, c’est beaucoup de travail tu sais, nous sommes épuisées.

Le linge est envoyé à la Blanchisserie de l’ESAT qui nous apporte une aide précieuse ! Et un soutien moral important, en nous cachant des petits mots d’encouragement dans les poches de nos blouses. Nous ne baissons pas les bras et continuons de nous battre. Mais malgré tous nos efforts cette semaine l’ennemi est entré chez nous !

Il faut que je te le dise Mas’ette, j’ai le cœur qui pince, et je contiens mes larmes, à chaque fois que le SAMU quitte la cour de l’établissement. A l’heure où je t’écris c’est 6 résidents qui sont désormais hospitalisés. Je ne devrais pas te le dire Mas’ette mais j’ai peur !

De jour comme de nuit la charge de travail est importante, les journées nous semblent interminables, nos forces s’amenuisent. Mais nous tenons bon pour nos résidents. Chaque moment, chaque instant que nous passons avec eux revêt aujourd’hui encore plus d’importance qu’avant la pandémie. Chaque instant est une façon de créer un moment de complicité, petit déjeuner, toilette, prise de nouvelles… Nous tentons de préserver les liens avec l’extérieur, les appels sont pour bon nombre d’entre eux instants de bonheur dans la semaine.

Sur le front du Covid19, il y a des bonnes nouvelles, comme l’arrivée de nos collègues de l’IME des Etoiles et des Papillons Blancs qui viennent en renfort.

 

Et il y a des « Au revoir » au goût d’amertume…

Et il y a des « Au revoir » au goût d’amertume…

Malgré les combats, la mobilisation, l’engagement de tous, nous n’y sommes pas arrivés. Nous devons tous, personnels et résidents, malgré nos efforts, notre envie de vivre plus forte que tout… Nous résigner…

Cette semaine Covid19 a emporté avec lui 3 personnes.

  • Philippe “ton bonjour du matin va nous manquer !”
  • André “ta place nous semble bien vide à l’unité de vie Arc en ciel !”
  • Lionnel “comment allons-nous tenir la gazette sans toi ?” Toi qui nous tenais informé des derniers potins…

A cette douleur s’est ajoutée la perte de Michel Beauvais, président du CVS depuis fin janvier, son sourire moqueur et ses blagues vont nous manquer. Il nous a quitté le 27 mars de complications médicales sans rapport avec le Covid19.

 

 

La tristesse, la douleur, le doute nous habitent à cet instant mais nous ne baisserons pas les bras ! Nous devons battre cet ennemi invisible, pour eux, pour nous tous.

Semaine 3 : Mais comment faire ?

Mas’ette il faut le dire, le fichu virus nous pousse à réfléchir à de nouvelles stratégies pour être plus fort que lui. Nous avions opté dans un premier temps pour un confinement renforcé afin de sécuriser tout le monde. Mais après quelques jours d’observation et de réflexion, nous avons décidé de mettre en place une nouvelle stratégie en créant une unité dédiée aux personnes testées positives au Covid19, permettant ainsi de centraliser sur cette aile les soins spécifiques et le matériel. Nous avons aussi revu nos procédures afin d’avoir une surveillance optimale, le tout en lien avec les médecins et l’évolution de santé des personnes contaminées.

Pour certains des résidents infectés par le Covid19, nous sommes déjà à J25 après l’apparition des premiers symptômes. On peut maintenant dire que tout va mieux pour eux, mais nous restons prudents. C’est pourquoi après beaucoup de réflexions et d’échanges nous décidons la création d’une deuxième unité, “l’unité bleue”, qui accueillera les personnes après 14 jours sans symptôme.

Il est temps de passer à la prochaine étape convalescence et guérison.

 

Épuisés mais toujours mobilisés

Nous te laissons imaginer la nouvelle vague de changements que nous avons opérée, valse des chambres, désinfection totale. C’est dans les moments de crise que l’on remarque ce que les équipes sont prêtes à endurer pour le bien-être et la santé des résidents. 

Ces résidents qui nous ont accompagnés dans chacune de nos décisions, nous ont soutenus et on fait preuve de ressources que l’on n’imaginait pas.

Avec qui nous travaillons ardemment à proposer des temps individuels personnalisés et dans le respect avec les gestes barrières. Pour l’un ce sera un instant bien-être dans un bain, pour une autre petite balade dans le jardin de la MAS, le visionnage d’un film ou encore moment détente en écoutant une histoire… Ces temps sont importants pour améliorer le quotidien en confinement et permettre l’évasion de tous.

 Mas’ette le maintien du lien avec les familles et l’extérieur est primordial ! La mise en place de temps d’échange Skype, téléphone, et même envoi de photos, nous poussent à imaginer des moyens d’y parvenir… Ils sont vecteurs d’émotions intenses pas toujours faciles à gérer et c’est parfois avec étonnement que nous constatons la réaction de chacun face à ces nouveaux modes de communication.

Cette semaine nous avons fêté les anniversaires, le Covid19 ne nous empêchera pas d’avoir des moments festifs, et même si le goûter a été distribué dans les chambres, nous pouvons entendre raisonner dans les couloirs la chanson Joyeux anniversaire reprise en chœur !

Une autre chanson à raisonner, celle de nos collègues de l’ESAT du Thérain qui nous ont fait la surprise de chanter pour nous soutenir dans cette épreuve.

Et il y a la peine.

Celle de dire au revoir à Leïla , tu étais un rayon de soleil, ton regard et tes sourires vont nous manquer.

 

Tu sais Mas’ette, la lutte contre notre ennemi n’est pas finie ! Mais malgré l’épuisement, les épreuves, la valse des émotions (peur, tristesse, joie…) nous sommes toujours là ! Et nous resterons mobilisés jusqu’à ce que nous soyons vainqueurs de cette guerre contre cet ennemi perfide, le Covid19.

 

Pin It on Pinterest

Share This